LABENNE A VELO

En séjour dans le sud des Landes, comment ne pas profiter des grands espaces ? Les nombreuses pistes cyclables et l’absence de dénivelé invitent naturellement à enfourcher un vélo et à partir en balade. J’ai choisi de ne pas céder aux sirènes des vélos électriques, ultra plébiscités, pour louer un beach bike. En villégiature à Labenne océan, ce sera mon point de départ.

Ou poser les roues de son vélo ?

Renseignements pris à l’Office de Tourisme, plusieurs promenades sont possibles. Le maillage cyclable est vaste, il faut faire un choix. Direction le sud ? vers le Pays Basque à travers la forêt de pins ?, le Nord ? pour rejoindre Capbreton et Hossegor en pédalant dans les bois le long de la rivière « Boudigau » ? vers l’intérieur pour atteindre la réserve Naturelle du Marais d’Orx et combiner balade à vélo et observation des oiseaux…
Je garde cette dernière option pour plus tard. Le site est apparemment un immanquable qu’il faut prendre le temps de découvrir « aux aurores ». C’est le moment idéal pour profiter du spectacle offert par les colonies d’oiseaux.

Mon guidon s’engage vers Hossegor et son lac marin. La piste cyclable longe dès Labenne le fameux Boudigau qui part du Marais d’Orx pour se jeter dans le seul port des Landes, Capbreton. Cette portion de la « Vélodyssée » est en plein cœur de la forêt. Proche de l’Océan on entend les vagues jusqu’ici, superbe. J’ai surpris plusieurs vététistes haletants sortir des bois. On trouve par ici beaucoup de chemins roulants et de « tucs » (petites collines) parfaits pour faire fumer les mollets… (très peu pour moi, merci…). Je profite de l’odeur des pins et de l’air iodé. Le vélo file comme l’air sans effort, j’enchaîne les kilomètres coupé du monde.

Quand on arrive en ville…a vélo

Quelques coups de pédales plus loin, la piste quitte le joli cours d’eau et m’amène au cœur des pins, en longeant des vignes… Oui, dans le sable pousse du raisin et on en fait même un vin fameux : le vin de sable. On rentre à Capbreton par un quartier proche des plages. J’hésite un instant à faire un crochet par l’océan, finalement je ne dévie pas du circuit prévu, direction le centre-ville. C’est un vrai bonheur d’emprunter ces pistes et de traverser le bourg sans se soucier des voitures…Ma route renoue avec le Boudigau que je longe à nouveau et qui m’accompagnera jusqu’au port de Capbreton.

La Cité marine à bicyclette

Une haie de mats se dresse maintenant devant moi, les mouettes volent de tous côtés, je suis au cœur de la cité marine. Petit regret, je sais que je vais rater « l’estacade de Capbreton ». Cette avancée en bois bâtie au milieu du 19ème siècle marque l’entrée du port et porte les stigmates des asseaux incessants des vagues de l’atlantique. Je me dirige en effet de l’autre côté du port, pour en faire le tour et atteindre mon objectif : le lac marin. La piste longe les quais et permet d’admirer un maximum de bateaux. Un panneau signale mon entrée à Hossegor et la piste quitte le port pour partir à travers un quartier arboré.

Un lac au coeur de la ville

De magnifiques maisons présentent fièrement le raffinement du style Basco-landais. Les grands pins élancés forment une couverture végétale bienvenue qui m’accompagnera jusqu’au « canal ». Cette « artère » d’Hossegor délimite le centre ville du quartier des plages. Je traverse le pont qui donne une vue imprenable sur le canal et l’ensemble du plan d’eau. S’en suit une descente en roue libre par le quartier du lac dont les magnifiques reflets inspirèrent de nombreux écrivains au début du 19ème. La piste cyclable est rythmée par les petits vallons et offre des vues splendides par intermittence sur l’étang d’eau salé. Une fois au fond du lac, le tracé retrouve une planitude bien plus habituelle dans les landes. J’évolue à quelques mètres du sable blond, les plages du lac marin sont très prisées des familles pour leur eaux calmes et limpides.

downtown Hossegor by bike

Retour par le centre-ville d’Hossegor. Ici, il faudra mettre pied à terre quelques dizaines de mètres. En effet, les piétons utilisent cette portion de voie verte qui dessert de nombreuses boutiques branchées. Je traverse la ville et retrouve rapidement le port et son animation.

Je ne ferai pas deux fois l’impasse sur l’estacade. J’entame donc la piste en direction du port de pêche, ici se tient tous les matins un marché aux poissons ou les marins professionnels vendent le fruit de leur pêche directement à quai. Comment faire plus frais ??

La vieille Estacade

Au bout du chenal, la voici enfin. Cette vieille dame montre en effet ces cicatrices. L’agencement biscornu des poutres de chênes centenaires provoque étonnement et respect. Contre vents et marées elle marque l’entrée du port et supporte le phare guidant les bateaux. Je la laisse pour descendre à vélo le long des plages et profiter d’une vue directe sur l’Océan à même la selle. Ce léger détour et ne rallongera pas de beaucoup mon trajet.

Retour a vélo en forêt

Je retrouve la voie verte qui me conduira à Labenne à travers la forêt de pins. Je profite de connaître ce parcours pour observer la nature et apprécier le moment. Demain, un autre trajet m’attend; De nouveaux tours de roues vers d’autres découvertes.

 

Pour les curieux, un site répertoriant les pistes du secteur : baladesudlandes.fr